La vengeance de la femme du pasteur

Ass

La vengeance de la jolie femme du pasteur

Pastor’s Prostitute Wife – II

Coulybaca / Black Demon

******************************************

Cette histoire se suffit en elle même,

Cependant c’est aussi la suite de La jolie femme du pasteur (Pastor’s pretty wife) et de La déchéance de la jolie femme du pasteur (Pastor’s pretty wife prostitue) Coulybaca / Black Demon

*******************************************

– “Ohhh, cela semble si loin maintenant!…..”

Cependant six mois plus tôt la vie semblait sourire à Mélanie Hasting, 30 ans, mariée à l’homme qu’elle aimait depuis les années collège, elle avait de lui 2 beaux enfants, tout semblait se passer au mieux.

Après ce qui était arrivé, … tout allait à la dérive maintenant!…

– “Comment? …”

– “Comment avait-elle pu laisser les choses tourner ainsi?….” se demandait-elle effondrée.

Elle ferma les yeux se remémorant les événements de ces 6 derniers mois, revivant son cauchemar.

Tous les coups de téléphone qu’elle avait donné à ses amies femmes se terminaient de la même façon, on raccrochait dès qu’elle s’identifiait.

Ses entretiens de travail s’avéraient très énervants avec ces femmes chuchotant sur son passage, se moquant d’elle.

Elle se décida alors à appeler Frank Myers, un vieux paroissien avec qui elle s’entendait bien avant le scandale, tout en abordant que des ques-tions d’église.

Elle s’attendait à ce qu’il raccroche, comme sa femme, Edith Myers, l’avait fait lorsqu’elle l’avait appelée, elle soupira de soulagement en l’en-tendant dire :

– “Ma chère, je suis désolé qu’Edith vous ait si mal accueillie lorsque vous lui avez téléphoné! … J’ai essayé de vous localiser depuis ce coup de fil!….”

Lorsqu’il lui demanda où elle en était, Mélanie expliqua qu’elle était sans travail, sans ressources et de plus en plus déprimée.

Elle avait besoin de trouver quelqu’un à qui parler, obtenir de l’aide et qui condescendrait à lui répondre

Il la prit par surprise lorsqu’il l’informa qu’il détenait un meublé vide et qu’elle pourrait y emménager immédiatement.

Lorsqu’elle lui dit qu’elle ne savait pas si elle pourrait lui payer le loyer, il lui répondit :

– “Ne vous tracassez pas avec ça ma chère!… Présentez vous au gardien demain matin ….. Je lui téléphone de vous recevoir et de vous remettre les clés. …”

Quittant la chambre minable, Mélanie se dirigea vers le complexe d’ap-partements à louer qui dominait la ville.

Ayant reçu la clé du gardien de la cité, elle prit l’ascenseur jusqu’au 20ème étage profitant d’une vue impressionnante de la petite ville.

En déballant ses affaires qu’elle avait amenée dans une petite valise, elle reçut un coup de fil de monsieur Myers qui s’inquiétait de savoir si tout s’était bien passé.

Comme monsieur Myers l’avait prévenue qu’il viendrait d’ici une heure pour voir s’il pouvait l’aider d’une autre façon, Mélanie prit une douche pour se rendre présentable en dépit de ses ennuis.

Elle enfila une jolie robe, d’élégants hauts talons et quelques bijoux, elle voulait se montrer à son avantage pour remercier monsieur Myers de se montrer si gentil avec elle.

Elle lui était si reconnaissante de l’aider, surprise qu’il ne prenne pas en compte les scandaleuses révélations et photos du torchon à scandales cause de sa chute.

– “Je .. Je dois lui dire la vérité ….. Que l’argent était une donation pour la classe de catéchisme et que je l’ai déposée sur le compte de l’église!…. Et que …. Qu’en quelque sorte Al Grover m’avait envoûtée, me dominant physiquement et moralement sans que je puisse lui résister … Ce qui expliquait que j’avais succombé à ses avances …. Mais que je ne me suis jamais prostituée ni avec lui; ni avec qui que ce soit!……” se dit elle cherchant à se justifier.

Entendant la sonnette de la porte tinter, Mélanie couru répondre, heu-reuse de voir enfin un visage amical.

Ouvrant joyeusement la porte, ses yeux s’éclairèrent à la vue du gentil monsieur Frank Myers, un homme qui s’était comporté comme son père ces dernières années.

Le serrant dans ses bras, Mélanie l’embrassa tendrement alors qu’il po-sait les mains sur sa taille l’attirant à lui alors qu’elle l’étreignait.

Heureuse de voir un visage amical, Mélanie était incapable de retenir ses larmes, mais c’était là des larmes de joie.

Toute sanglotante, se serrant étroitement contre monsieur Myers, elle ne le vit pas fermer la porte à clef alors qu’elle était suspendue à son cou.

Elle trouvait du réconfort en l’entendant la calmer :

– “Voila …..Voila …. Ne pleure plus ma chérie ….. Tonton Frank est là maintenant, prêt à tout faire pour te rendre heureuse …..”

Même si elle le connaissait depuis des années et qu’il lui avait toujours demandé de l’appeler oncle Frank, Mélanie avait senti qu’i était difficile pour la femme d’un pasteur d’appeler un étranger tonton. Aussi l’avait elle toujours appelé monsieur Myers.

Les yeux fermés, cherchant à endiguer ses manken gaziantep escort larmes, Mélanie ne remarquait pas les mouvements lents de monsieur Myers qui l’entraînait vers la chambre.

Ouvrant les yeux, elle frémit de peur en réalisant qu’il avait descendu la fermeture éclair de sa robe et dégrafé l’attache de son soutien-gorge, et qu’il caressait maintenant sa peau nue..

Se rendant compte qu’il l’entraînait dans la chambre, Mélanie paniqua et cessa de l’embrasser, cherchant désespérément à le repousser.

– “Oh non …. Non … Monsieur Myers… Que faite vous?….. Laissez moi ….. ” balbutia-t-elle désespérée.

– “Ohhhh chérie!… T’es si douce, si sensuelle …..Je rêve de ton corps depuis que je t’ai rencontrée …. Je ne m’étais jamais imaginé pouvoir te baiser un jour …. L’épouse du pasteur Hasting …. Tu pa-raissais toujours si digne, si exemplaire ….Si innocente, si pure …. Tu nous as bien eu ….” haletait Frank Myers repoussant sa robe sur une épaule.

De l’autre main il lui dénuda la poitrine, penchant la tête, il se mit à téter ses mamelons exposés.

– “Oh mon Dieu ….Mon Dieu … Nonnnnnnnnnnn ……” pleurnichait Mélanie.

Cet homme qui l’avait toujours traitée avec tant de respect lui tétait maintenant les nichons, mordillant des dents ses tendres tétons.

Soudain elle se retrouva allongée sur le grand lit, le vieil homme étendu sur elle.

Le devant de sa robe et son soutien gorge repoussés vers le bas, Méla-nie frémit alors qu’il mordait et étirait les tendres tétons entres ses dents.

Comme elle luttait pour reprendre haleine, elle était incapable de l’empêcher de descendre sa robe et sa petite culotte sur ses hanches, puis à ses genoux.

Totalement nue, Mélanie frémissait de peur en le voyant enlever ses vê-tements.

– “Mon Dieu .. Il est si vieux …. Si fripé …….. Un vrai orc …..” pen-sait-elle au fond d’elle-même.

– “S’il vous plait …. Je vous en prie ….. monsieur Myers …Ne me faite pas ça … C’est un viol …. Ils ……. Ils pourraient vous mettre en prison pour cela ….. ” balbutiait-elle misérablement.

S’agenouillant sur le lit, il lui empoigna les genoux ouvrant largement ses cuisses, il ricana :

– “Un viol ….. Le crois tu vraiment petite salope ….. Penses tu que quiconque te croira après ce que ce torchon a dit de toi …..”

Il s’appesantit alors sur son corps, ses petites mains tentaient toujours de le repousser, mais elle ne put l’empêcher de se positionner à sa convenance.

Alors qu’elle sanglotait le suppliant de l’épargner, il frottait son gland dans les replis de sa fente lui suçant les tétons jusqu’à ce qu’il frémisse de plaisir.

Mélanie sentait des gouttes de sueur tomber sur son torse, révulsée elle frissonnait alors qu’il parcourait sa fente de son épais gland.

– “Oh mon Dieu …. Oh, mon Dieu ….. Oh mon Dieuuuuuuuuuu ….. ” murmurait Mélanie alors qu’il la pénétrait de force.

Elle ne s’était jamais sentie aussi dégradée qu’en étant chevauchée par ce vieux corps suant, elle l’entendit soudain grogner, on aurait dit un porc alors qu’il crachait son immonde semence dans son ventre.

Son épreuve terminée, elle n’avait tiré aucun plaisir de cet immonde viol, Mélanie laissa échapper un soupir de soulagement alors que le gros corps en sueur roulait sur le flanc.

Se retournant de son coté, elle se roula en position foetale, pleurant de honte. Avec soulagement elle sentit le matelas se regonfler alors qu’il se relevait.

Mais ce soulagement fut de courte durée, elle l’entendit immédiatement prendre place à la tête du lit.

Ouvrant les yeux, elle frémit de révulsion à la vue en le voyant tenir sa vieille queue souillée à pleine main, la pointant sur son visage.

Elle sentit alors son autre main peser sur sa nuque, son estomac se re-bella secoué de nausées, alors qu’il insérait sa bite souillée entre ses lè-vres.

Elle constata l’intensité de son excitation lorsqu’il lui dit :

– “Allez chérie ….. Ouvre tes jolies lèvres pour m’accueillir!…. Allez ….. Qu’est ce que ça veut dire?…. Tu l’as déjà fait!….. Ou bien est ce parce que tu n’aimes que le goût du foutre des noirs?…”

La chevelure meurtrie Mélanie lui obéit embouchant servilement son immonde queue couverte de foutre.

Frémissante de dégoût, elle saliva pour diluer le goût ignoble de son fou-tre, elle pensait :

– “C’est tellement tentant de lui mordre la bite au sang!…. Ca l’apprendrait à me violer!……”

Cependant il grossissait et durcissait dans sa bouche ce qui lui permit bientôt de la baiser en bouche.

– “Bâtard ….. Sale bâtard ….. Je n’oublierai jamais ….. Même si c’est la dernière chose que je puisse faire … je me vengerai ….. Je le jure!….”

– “Ooh, Mélanie …… Oh ma chérie ….. Même dans mes rêves les plus fous je n’aurai jamais espéré ça!….. C’est si bon ….. Foutrement bon ….. Oh oui …. Yeahhhhh …. Yeahhhhhhhhh …… mange moi gaziantep manken escort …… Bouffe moi la bite …… Ahhhhhhhhhhhhhhhh ….. ” divaguait Fred le corps tressautant alors qu’il attirait sa bouche contre son ventre, lui emplissant la bouche jusqu’aux couilles.

Un peu plus tard, lorsque Fred eut suffisamment récupéré pour se rhabil-ler, il regarda la luxurieuse jeune femme lovée en boule dans le lit.

Ayant momentanément assouvi sa luxure, il se dirigea vers la tête du lit et lui annonça :

– “Considère que tu viens de déposer la caution de ton meublé!… réserve moi le mercredi soir de 9 heures à minuit, je viendrai directement après la réunion à l’église, et un samedi chaque mois lorsqu’Edith va visiter son père à la maison de retraite …. Ca couvrira le loyer mensuel!……”

Lui tapotant la croupe, Fred l’avisa :

– “Ne te tracasse pas pour gagner suffisamment d’argent pour vivre ….. Merde alors depuis la parution de cet article, tous les hommes du “Club Masculin” ne parlent que de coucher avec toi ….. Même le diacre Harold Murphy ….. Bordel, il ne rêve plus que de t’enculer!…. En fait je vais le rencontrer dans ma prochaine réunion ….. Reste auprès du téléphone je suis bien sur qu’il ne va pas tarder à te passer un coup de fil pour te proposer un rendez-vous!….”

Bouclant sa ceinture, Fred gloussa :

– ” 100$ la nuit chérie? … Ca les vaut bien…. Je leur dirai que c’est 150 $ la nuit … Ils peuvent assurer!…. Ils aimeront t’aider à te re-mettre sur pied …. Et puis je suis sûr qu’ils te préféreront encore cuisses grandes écartées dans le lit, jambes relevées …..”

Une fois la porte refermée, Mélanie rampa hors du lit et se rua dans la salle de bain. Penchée sur les toilettes, elle vomit les restes de foutre lui polluant la bouche.

– “Bâtard … Je te le ferai payer ….. Tu n’es qu’un salaud comme les autres … Ils le paieront tous …. Foutu bâtard … Toi, et tous les au-tres bâtards de ton foutu “Club Masculin vous paierez tous!…. ” s’embrouillait-elle.

Six mois plus tard, Mélanie Hasting était prête à se venger de tous ceux qui l’avaient souillée et l’avait mise au ban de la communauté.

Elle appela le magazine qui avait ruiné sa vie, une fois connectée elle demanda :

– “Ritchie?…… Vous rappelez vous d’un article que vous avez pu-blié il y a six mois intitulé “Femme de pasteur pour certains, Prosti-tuée pour d’autres”?…..”

Elle fit une pause en attendant sa réponse, Mélanie souriait en l’enten-dant lui dire qu’en effet il se rappelait de cet article.

– “Aimeriez vous connaître la suite de cette histoire pour la publier? ….. ” s’enquit-elle suavement.

Le samedi suivant, quand Fred Myers se pointa au meublé pour se faire sucer par Madame Hasting et la baiser, comme convenu lorsqu’il le lui avait “loué”, il fut choqué de trouver l’appartement vidé de ses meubles.

Plus de Mélanie, plus rien d’autre que la moquette nue et les rideaux.

Le mobilier de luxe et les aménagements de prix qu’il lui avait acheté avaient disparu.

Il donna un coup de fil au ‘Club Masculin” et s’y rendit pour consulter les membres sur les suites à donner à cette affaire.

Le lundi matin, il se retrouva dans la merde jusqu’au cou lorsque les li-braires placèrent les nouveaux magazines dans les casiers, le torchon à scandale publiait un nouvel article intitulé : “L’ex femme du pasteur et ses supporters au sein de la congrégation”

On y voyait des photos très explicites de la somptueuse madame Hasting mais elles incluaient beaucoup de ses clients qui, avaient fait appel à ses services ces six derniers mois.

Photos et commentaires de tous les membres de la congrégation qui avaient couché avec elle causèrent une importante hausse des divorces dans la communauté, beaucoup de maisons se retrouvèrent “à vendre”.

Avant tout autre on y trouvait Fred Myers, son gras corps nu exposé aux yeux de tous, les poignets entravés au mur alors que Mélanie resserrait les courroies qui enserraient sa bite. Puis on le voyait les yeux couverts d’un bandeau alors que Mélanie lui fouettait les fesses. C’était très humiliant de voir un homme de cet âge, respecté de tous obéir à Mé-lanie, prenant son plaisir sous ses coups.

Elle l’avait subjugué jouant le rôle de la dominatrice en bottes de cuir et tout l’attirail.

Fouet en main, une bulle faisait dire à Mélanie :

– “Tu as été méchant …..N’est ce pas? … Tu vas être puni!… Je parie que cette pute à laquelle t’es marié ne sait pas que tu m’as installée dans ce meublé et qu’en échange je dois t’ouvrir mes cuisses en grand!….. Ai-je raison?….”

Fred Myers, répondait dans sa bulle :

– “Ohhhh ma chérie …… Foette moi … Punis moi ….. Cette salope d’Edith est frigide!…. Tu me donneras une correction chaque fois que je me forcerai à baiser avec cette vieille peau!…..”

Puis venaient les photos du diacre Harold Murphy, nu sur le lit avec Mé-lanie, lui saisissant gaziantep manken escort bayan les pieds pour mieux la baiser.

– “Oh … Mon diacre ….. Regarde bien … Regarde bien mon cul … Cela fait combien de temps que as tu envie de m’enculer?….” de-mandait Mélanie.

– “Oh ma chérie … Depuis ce jour où on nous a présenté à l’église!….. Mon Dieu, si nous avions été seuls je t’aurai culbutée sur l’autel et je t’aurai enculée encore et encore!….. ” lui répondait le diacre dans sa bulle.

Puis venait le Maire Dan Smith, maire de la cité membre de la congré-gation

Il lui tenait les pieds en l’air pour lui sucer les orteils.

– – “Oh … Monsieur le maire ….. Aimeriez vous que je vous branle en me servant de mes pieds?……”

– “Oh oui chérie …. Laisse moi te sucer les orteils!….”

Dans le même article, sur une autre bulle, il disait :

– “Ma douce …. Réserve la totalité de ton prochain week-end … Je veux que tu viennes avec moi assister à la réunion des maires au capitole!….”

– “Mais, monsieur le maire …. Vous savez que c’est mon boulot et qu’il faudra me payer!…. Même si je me réjouis d’être en votre compagnie!….”

– “Ne te tracasse pas ma chérie …..Je te paierai 1.000 dollars la nuit, et de plus tu feras un beau voyage et tu pourras faire des achats lorsque je serai en réunion!….. Je ferai passer les frais sur le compte de mes frais professionnels à la mairie!……”

Les photos suivantes étaient consacrées à Alice Mac Donald, une vieille fille de 60 ans qui passait pour un parangon de vertu.

C’était la femme qui l’avait fait rejeter de la communauté en montant en épingle le scandale auprès de toutes les femmes de la congrégation.

Mélanie pensait qu’en fait c’était une véritable salope en mal de baise, c’est pourquoi elle l’avait appelée, sanglotante et pleurnichant la suppliant de la rencontrer, lui disant qu’elle était la femme qu’elle respec-tait le plus!

Dès qu’Alice Mc Donald était entrée dans son appartement, Mélanie comprit qu’elle la tenait.

Sanglotant et soupirant, elle s’épancha sur l’épaule de la vieille femme, Mélanie lui répéta qu’elle était la femme qu’i lui servait de modèle. Elle en vint à lui dire qu’elle pensait à elle chaque nuit, espérant qu’Alice re-fermerait ses bras sur elle car ….. Elle l’aimait vraiment ….

Elle avait séduit la vieille femme, ce qui était évident lorsqu’on la voyait se déshabiller sur les photos la concernant, puis disposée à quatre pat-tes, Mélanie lui avait travaillé les deux trous avec un gros godemiché acheté pour la circonstance.

Sa bulle clamait :

– “Oh oui … Baise moi comme la vraie salope que je suis!…..”

L’église aussi en prenait plein son grade avec les photos du pasteur La-wrence Bedford, le prédicateur qui avait remplacé son mari.

C’était un des cadres supérieurs de l’église, un homme capable de réta-blir la situation dans la congrégation ébranlée par le scandale.

Mais dans ce cas, il avait totalement échoué, succombant à son tour aux plaisirs de la chair!

Sans broncher il avait assisté à la confession d’un de ses paroissiens ayant profité de la blessure de sa femme dans un accident de voiture pour prendre son plaisir avec Mélanie.

Ayant obtenu l’adresse du meublé de l’ensorceleuse le pasteur Bedford senti qu’il devait essayer de rencontrer Madame Hasting pour la faire rentrer dans le droit chemin.

Par ailleurs il voulait éviter que ses paroissiens continuent à succomber à ses charmes.

Un dimanche, après le départ des membres de la congrégation, il stoppa devant son immeuble et annonça sa visite par l’interphone.

Après quelques instants de silence, madame Hasting étant prise par surprise, il entendit le bourdonnement annonçant l’ouverture de la porte.

Le pasteur Bedford n’avait jamais rencontré madame Hasting, mais il sa-vait qu’elle était ravissante et avait vu ses photos dans le torchon à scandales.

Mais lorsque la porte de l’appartement s’ouvrit, il avala sa salive elle bien plus belle qu’il ne l’avait imaginé.

Invité à entrer, il s’assit sur le sofa avec la blonde beauté, gardant une distance respectable entre eux deux.

Bien qu’il n’ait jamais eu de rapports intimes avec une femme, il s’était senti attiré par elle en voyant ses photos, ce qui le culpabilisait.

En lui expliquant qu’il avait appris qu’elle se prostituait, vendant ses charmes au sein de sa communauté, le pasteur Bedford se sentait nerveux alors qu’elle se mettait à sangloter, se prenant le visage à deux mains tout en s’esclaffant :

– “Oh mon père ….. Je suis si honteuse de faire cela!…. S’il vous plait … Je vous en prie, aidez moi!….”

C’est alors qu’il commit l’erreur de se glisser contre la jeune femme repentante, lui posant un bras autour des épaules pour la réconforter.

Lorsqu’elle posa sa tête sur sa poitrine, sa bite frémit dans son pantalon et se déploya, elle posa une main sur sa cuisse à quelques centimètres de sa virilité bandée.

Lorsque elle l’avait entendu se présenter dans l’interphone, elle avait été totalement prise par surprise. Elle comprit immédiatement qu’il devait avoir appris qu’elle vendait ses charmes aux membres de la congréga-tion, sinon, comment aurait-il pu dégotter son adresse.

Elle connaissait ses intentions, il voudrait la faire reprendre le droit chemin, de la détourner du vice, Mélanie gloussa alors :

La vengeance de la jolie femme du pasteur Pastor’s Prostitute Wife – II Coulybaca / Black Demon ****************************************** Cette histoire se suffit en elle même, Cependant c’est aussi la suite de La jolie femme du pasteur (Pastor’s pretty wife) et de La déchéance de la jolie femme du pasteur (Pastor’s pretty wife prostitue) Coulybaca /…

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

gaziantep escort gaziantep escort porno izle bursa escort görükle escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort beylikdüzü escort