Erika : Dresseuse De Couple – Ch. 02

Amateur

Cette histoire est le fruit d’interactions épistolaires que j’ai eues avec un lecteur de Literotica.

La boutique érotique

Seul dans sa chambre d’hôtel, près de Denfert-Rochereau, Olivier est perplexe. Il tourne et retourne cette carte de visite au nom du Docteur Erika Karminka, médecin en rééducation post-traumatique. La rencontre avec cette femme l’avait perturbée.

Allongé sur le lit, la revue est ouverte sur une page qui montre la photo d’un homme nu, à quatre pattes, tenu en laisse qui embrasse les pieds bottée d’une femme vêtue d’un pantalon et d’une veste de cuir noir. Il ne cesse de comparer cette tenue avec celle que portait Erika dans le train.

Et si Erika était la maîtresse qu’il recherche sans se l’avouer depuis des mois. Cette femme l’avait séduit, sans parler de sa main qu’elle avait posée de manière autoritaire sur sa cuisse et qu’elle avait lentement et insidieusement remonté jusqu’à son entre jambe. Il en avait été tellement excité que la première chose qu’il a faite en arrivant dans sa chambre fut de se masturber. Il s’imaginait à la place de l’homme du magazine.

Il était aussi excité par les images montrant des femmes dans des postures de soumission, dans ce cas, il imaginait Marie-Gabrielle à leur place. Mais, il devait reconnaître que le plaisir était plus fort si c’était lui qui se trouvait dans cette posture.

Après quelques minutes d’interrogation, il se décide et compose le numéro indiqué sur la carte de visite. Il tombe sur le répondeur, ce qui ne le surprend pas. En tant que médecin, Erika doit souvent être sollicitée et elle doit filtrer ses appels. Il laisse un message dans lequel il se présente et donne son numéro de téléphone.

***

Il vient juste de raccrocher qu’Erika le rappelle.

— Allo! Olivier!

— Oui! Madame…

— J’attendais votre appel…

Erika laisse sa phrase en suspens, ce qui déstabilise Olivier, surpris par cette réponse.

— Expliquez-moi! Je ne comprends pas?

— Vous désirez reprendre notre discussion, n’est-ce pas?

— Euh! Oui, bien sûr!

— Alors rendez-vous dans trente minutes à la Brasserie Saint Germain, vous connaissez?

— Je trouverai!

— Bien! A tout de suite alors!

Il cherche l’adresse de cette brasserie et il s’aperçoit qu’elle se trouve au bas du Boulevard Saint Michel. S’il veut y aller à pied, il ne doit pas traîner. Il a toujours aimé marcher avant de prendre des décisions importantes.

***

Une demi-heure plus tard, Olivier arrive devant cette brasserie réputée du quartier latin. Erika est là, installée en terrasse. Elle s’est changée, elle a remplacé le pantalon par une jupe de cuir noir qui dévoile des cuisses musclées. Elle lui sourit et lui fait signe de venir s’asseoir en face d’elle.

Erika s’amuse de la gêne causée par son profond décolleté. Olivier ne sait pas où poser son regard. Il n’y a rien à faire, ses yeux sont attirés par cette poitrine bien plus généreuse que celle de Marie-Gabrielle. Il faut dire que sa femme n’a pas été gâtée par la nature, même Kate Moss n’aurait pas à craindre la concurrence.

— Donc, le BDSM vous attire! commence Erika avant même que le serveur ne soit venu prendre leur commande.

— Attire, je ne sais pas mais je suis curieux! Je pense que ce doit être une expérience unique et inoubliable.

— Je vous le confirme et… même addictive.

— Comment cela?

— Addictive! Quand on y a goûté, on ne peut plus s’en passer!

Olivier respire profondément. Voilà l’occasion de vivre ces sensations qu’il cherche depuis plusieurs mois et il se prend à oser une question.

— Vous seriez d’accord pour me guider?

Erika le regarde, elle se tait. Elle sait que le silence est le meilleur atout pour faire parler les gens. Elle se dit qu’elle a raté sa vocation et qu’elle aurait dû choisir la psychiatrie.

— Je suis prêt à faire ce que vous désirez pour vivre cette expérience! lâche alors Olivier.

Ça y est! Nous y sommes, pense Erika. Il vient d’avouer son penchant pour la soumission. D’ailleurs un futur dominant ne lui aurait pas demandé si elle souhaitait le guider, il lui aurait dit : guidez-mo! Ce qu’elle aurait bien évidemment fait.

— Alors! Il va vous falloir accepter ce que je vais vous demander.

— Bien sûr! Cela me semble évident.

Erika sourit.

— J’ai vu que vous aviez cherché l’adresse d’une boutique dans le train.

— Oui! Ce matin en quittant la maison, je me suis juré de franchir la porte d’un sex-shop pour escort numaraları voir ce qui se cache derrière ces portes.

— Très bien! Alors suivez-moi! Je connais une boutique à quelques rues d’ici. Je t’y emmène.

Olivier constate que le tutoiement d’Erika à son encontre à de fait changé la nature de leur relation.

— Oui Madame, je vous suis.

— Reste deux pas derrière moi et ne t’avise pas à reluquer mes fesses!

Olivier baisse les yeux, il sait que cela fait partie du jeu, il l’accepte.

— Paye nos consommations et nous y allons!

Erika fait un signe à la serveuse qui leur apporte la note. Quand Olivier regarde la jeune femme pour régler, Erika fronce les sourcils.

— Tu n’es pas digne de regarder une femme dans les yeux si elle ne te l’autorise pas, compris!

— Oui Madame!

Il réalise que cela risque de ne pas être facile dans son travail et dans sa relation avec Marie-Gabrielle. Erika, qui s’aperçoit de sa perplexité, le rassure en lui disant qu’il ne doit rien changer dans son comportement au travail.

— Une relation de ce type est du domaine privé, notre vie professionnelle ne doit pas en pâtir.

— Merci Madame!

— Ne me remercie pas trop vite! Tu ne sais pas encore ce que je peux faire!

Ces dernières paroles excitent Olivier au lieu de l’inquiéter.

Erika se lève et marche d’un pas affirmé vers la boutique. Olivier respecte la consigne de la suivre, deux pas en arrière et garde les yeux rivés sur les talons de sa maîtresse. Ce n’est pourtant pas l’envie qui lui manque de regarder ses fesses juste couvertes par une jupe très moulante. Il sait pour avoir souvent tourné les yeux vers ce genre de spectacle que de nombreux hommes ne se privent pas de suivre Erika du regard.

***

Ils entrent dans une boutique, bien éclairée, aux rayons ordonnés. Elle ne ressemble en rien à ce qu’Olivier avait toujours imaginé, pas de porte discrète, de façade neutre voire décrépite. Au contraire, la façade, bien éclairée, expose sans complexe des robes minimalistes et des jouets consacrés au plaisir sexuel. La porte est une porte vitrée coulissante qui s’ouvre au passage des clients.

— Madame, Monsieur! En quoi puis-je vous aider? leur demande une jeune vendeuse blonde.

Même la tenue de la vendeuse est normale, réalise Olivier. Elle porte un débardeur et un legging, chaussée de sandales, une tenue quasiment identique à celle des vendeuses du magasin de Marie-Gabrielle. Seuls les tatouages et les piercings de la jeune femme auraient empêché sa femme de l’embaucher.

— Explique pourquoi nous sommes ici! dit Erika, d’un ton qui s’oppose à toute discussion.

Olivier devient tout rouge et sent son sexe se tendre, se durcir. Il bafouille un peu. Erika lui fait répéter plusieurs fois ses demandes.

— Ne bafouille pas comme cela! Cette jeune personne ne comprend pas ce que tu demandes! Répète!

— Oui Madame! Je viens pour acheter des sous-vêtements de soumis…

— Et un plug anal! ajoute Erika.

— Et, un plug anal, évidement.

La vendeuse sourit. Elle comprend vite qu’Olivier est un novice dans la soumission. Elle ne connaît pas Erika, mais elle l’a déjà aperçue dans la boutique et elle se doute que celle-ci est beaucoup plus expérimentée.

— Suivez-moi! Ce rayon est à l’étage.

Olivier suit les deux femmes, les yeux baissés. En découvrant ce rayon, il n’en croit pas ses yeux. Devant lui, en plus des objets cités par Erika, il peut voir des martinets, des fouets, des pantalons, des combinaisons, des harnais et même des objets bien plus gros comme une croix de st André et une cage!

Erika choisit alors deux ou trois strings, un boxer fesses nues. Elle les regarde, les montre à la vendeuse.

— Qu’en pensez-vous?

— Oh moi, vous savez, je n’en pense rien! Je ne suis que la vendeuse! Il faudrait le voir sur lui! Les cabines sont au fond du rayon.

— Qu’attends tu pour aller essayer? lui dit Erika.

Olivier sursaute comme un enfant pris en faute.

— Oui Madame!

Il prend les vêtements et rentre dans une cabine. Il commence à tirer le rideau quand Erika l’interrompt sous le regard amusé de la vendeuse.

— Qu’est-ce que tu fais? Tu laisses ouvert. Je veux voir!

Olivier tente de ne rien montrer de son trouble et il retire son pantalon. Après tout, sur la plage, il est en maillot de bain devant tout le monde, il peut bien se montrer en caleçon devant Erika et cette jeune escort pornoları femme.

— Retire tout! exige-t-elle.

Olivier rougit, il hésite. Se mettre nu devant une femme, cela ne le gêne pas. Mais se déshabiller comme cela, dans cette boutique, il a du mal.

Erika le fixe. La vendeuse le fixe.

Il baisse son caleçon, il se sent ridicule. Mais il est excité son sexe est raide dans son caleçon.

— Oh! Le petit chéri, cela l’excite de se montrer à poil!

Erika attrape son sexe et lui palpe les bourses. Olivier est en sueur, elle a raison, il est tellement excité qu’il sent qu’il va jouir.

Erika retire sa main et lui tend un des strings qu’elle a choisis, en simili cuir, un triangle prévu pour cacher et maintenir le sexe maintenu autour de la taille par une étroite ficelle qui lui passe aussi entre les fesses. Quand il l’ajuste, il comprend alors pourquoi Marie-Gabrielle refuse d’en porter après lui avoir dit que ce n’est pas confortable.

— Tourne-toi! lui demande Erika.

Olivier obéit, elle opine du chef et lui fait essayer le short fesses-nues. Celui-ci s’ajuste parfaitement. La sensation est étrange.

Erika est satisfaite, cet homme est vraiment le soumis parfait. Dès leur première rencontre, il accepté ce qu’elle lui demande. Elle décide alors de tester quelque chose qui devrait confirmer son impression. Elle laisse Olivier dans la cabine et va chercher dans la boutique un collier de cuir et une laisse.

— Mets-toi nu et à genoux! Non, garde ce short! Je n’ai pas envie de voir ton sexe pendre.

Olivier frissonne. Il voit les deux objets dans les mains d’Erika. Il finit de se mettre nu, encore plus excité. Il baisse la tête. Il attend qu’Erika lui attache le collier autour du cou. Le cuir le serre un peu mais il trouve cette sensation agréable. Erika attache la laisse au collier. A ce moment précis, tout bascule dans sa tête. Il est vraiment à la merci d’Erika qui peut le mener là où elle veut. Il hésite à refuser d’être traité ainsi. Mais à peine a-t-il esquissé cette pensée que l’ordre claque :

— A quatre pattes petit chien!

Olivier ne se le fait pas dire deux fois et aussitôt, il se met à quatre pattes. Erika tire sur la laisse et commence à promener Olivier à travers le magasin. Il est de plus en plus excité. De plus, ici, à Paris, il est impossible qu’il croise quelqu’un qui le connaisse. Erika lui fait faire le tour de l’étage sous le regard blasé des quelques clients. Ils en ont vu d’autres. Puis, ils reviennent à la cabine où Olivier a laissé ses vêtements. Olivier est littéralement vaincu! Il a l’impression d’être tombé au plus bas… et pourtant ce ne sera qu’un début!

***

Erika tire le rideau et Olivier, à genoux, la voit trousser sa jupe sur ses longues cuisses musclées. Il découvre le haut des bas, retenus par un porte-jarretelle. Comme il aurait aimé que Marie-Gabrielle porte ce style de dessous. Puis, enfin, il voit le sexe lisse de sa maîtresse.

— Lèche! Fais-moi jouir!

Olivier est content! Ça! Il sait faire. Ses précédentes maîtresses l’ont toujours félicité pour son adresse avec sa langue. Pauvre Marie Gabrielle, si elle savait le plaisir dont elle se prive.

Erika sent la langue de son soumis passer entre ses lèvres. Il trouve le clitoris et joue avec. Il l’aspire, le pince entre ses lèvres. Elle commence à mouiller.

“C’est qu’il est adroit ce salaud, pense-t-elle. Il va vraiment réussir à me faire jouir!” Pour une fois, elle tombe sur un homme qui sait se servir de sa langue. Il faut dire que vu la taille de son membre, il faut bien qu’il ait d’autres arguments.

Elle se cambre. Elle lui maintient la tête bien plaquée contre son entrejambe.

— Le cul aussi! lui dit-elle dans un feulement.

Olivier hésite à peine, il est tellement bouleversé par ce qu’il vient de vivre qu’il est prêt à s’exécuter. Il n’a jamais fait cela mais elle est propre. Il passe sa langue entre les fesses d’Erika. Il la pointe contre la rosette frisée qui palpite. Le goût est un peu âcre mais pas repoussant. Erika gémit.

— Oui c’est bon! Continue! Fais-moi jouir!

Olivier s’applique après de longues minutes, Erika se crispe et jouit en inondant le visage de son lécheur d’un abondant jet de cyprine.

— C’est bon! Tu es un bon toutou! lui dit-elle en tapotant sa tête. Rhabille-toi! Il nous reste deux trois choses à trouver.

Avant de rejoindre la vendeuse à la caisse. Erika donne à Olivier, un escort portalı plug anal et elle choisit aussi un martinet.

Erika oblige Olivier à montrer tous ses achats avant qu’il les règle avec sa carte. La vendeuse remarque son visage recouvert de la mouille d’Erika. Elle ne peut s’empêcher de sourire.

Quand ils sortent de la boutique, Erika lui dit :

— J’ai un rendez-vous! Retourne à ton hôtel! Mais garde ton téléphone près de toi, je veux pouvoir te joindre en permanence.

— Oui Maîtresse! Bien sûr! Avec plaisir!

Erika s’éloigne sans se retourner.

De retour dans sa chambre d’hôtel. Olivier étale tous ses achats sur le lit.

***

Il fixe longuement les divers objets. Il repense au plaisir qu’il a éprouvé dans le magasin ; une expérience qui lui semblait encore impossible le matin même. Il ne peut s’empêcher de chercher à retrouver cette sensation. Il se déshabille, enfile le short puis il se met le collier autour du cou, bien serré et attache la laisse. Il attrape le plug et commence à le glisser entre ses fesses. Il le présente devant son anus, il force un peu, il pousse un petit gémissement. A cet instant, son téléphone sonne. C’est Erika.

— Allo!

— Allo! Que fais-tu Petit-Chien?

— Je me repose dans ma chambre d’hôtel, Madame.

— Montre-moi un selfie de là où tu es! De suite!

— Oui Madame!

Olivier est un peu paniqué, s’il obéit à Erika, celle-ci va le voir nu avec le collier et la laisse. Mais, il veut lui plaire, il veut lui montrer qu’il est un soumis obéissant. Il envoie donc ce selfie compromettant.

— Alors comme cela mon petit chien se fait du bien tout seul! A qui as-tu demandé l’autorisation?

— Heu… A personne, Madame!

— A personne… Tu sais ce que cela signifie?

— Non Madame!

— Cela mérite une punition… Et, tu as de la chance! Je n’ai rien à faire ce soir, je vais donc venir te la donner de suite. Donne-moi le nom de ton hôtel et le numéro de ta chambre!

Olivier s’exécute et avant de raccrocher, Erika exige qu’il aille entrouvrir sa porte et qu’il l’attende dans la tenue qu’il porte à quatre pattes sur le lit après avoir éteint toutes les lumières.

Olivier attend dans la semi-obscurité et le silence de la chambre. Il entend à intervalle irrégulier des pas et des voix dans le couloir. A chaque fois qu’il entend la sonnerie de l’ascenseur, il se demande si cela indique l’arrivée de sa maîtresse. Il est inquiet, et si quelqu’un pousse la porte et le découvre dans cette position?

Soudain, il entend la porte de sa chambre se refermer. Il reconnaît le parfum d’Erika. Il est soulagé mais il reste immobile. Il l’entend aller aux toilettes. Il la voit enfin devant lui. Elle ne dit toujours rien mais soulève sa jupe. Olivier comprend ce qu’elle attend. Il commence à lécher. Il commence à s’appliquer comme à la boutique mais Erika le recule en lui tirant les cheveux.

— Je ne t’ai pas demandé de me faire jouir! Tu me sers juste à me nettoyer! Avec moi, tu n’as plus aucune initiative à prendre de toi-même, tu peux juste suggérer quand je te le propose! Compris!

— Oui Madame! Excusez-moi Madame! je ne recommencerais plus.

— Bien passons à la punition!

— Oui Madame! dit Olivier en frissonnant.

— Bien donc pour ne pas avoir demandé pour porter tes tenues, cela mérite vingt coups de martinet et tu as droit à dix de plus pour avoir joué avec mon clitoris sans mon autorisation. Cela fait donc?

— Trente coups Madame!

— Bien! Petit Chien sait compter!

Humilié par cette remarque, Olivier baisse la tête et attend les coups.

— N’oublie pas de compter et de me remercier à chaque coup! Sinon je reprends la punition de zéro!

— Oui Maîtresse! Un! Merci Maîtresse!

Erika n’a pas attendu sa réponse pour commencer la punition. Elle frappe durement, de manière irrégulière. Olivier ne sait pas quand le coup suivant va tomber d’autant plus que, parfois, Erika se contente de caresser ses fesses ou ses flancs avec les lanières du martinet. En dépit de la douleur, Olivier est excité et il bande.

Après vingt coups, ses fesses le brûlent, son cul est rouge. Il va se souvenir de la punition pendant deux à trois jours.

Après le dernier coup, Erika attrape le plug qui était posé sur le chevet. Elle le fait pénétrer d’un coup sec dans l’anus d’Olivier. Cela lui arrache un cri de surprise et de douleur. Il ignore que sa maîtresse l’a introduit dans sa chatte pour le lubrifier un peu avant de le lui enfiler.

— Ne t’avise pas de le retirer sans mon autorisation sinon ma punition sera encore plus terrible. Et… si tu as besoin d’aller aux toilettes, tu me le demandes!

— Oui Madame!

— Bien! N’oublie pas mes consignes et on se reverra, bientôt, à notre retour à Nantes.

Sur ces derniers mots, elle sort de la chambre.

Cette histoire est le fruit d’interactions épistolaires que j’ai eues avec un lecteur de Literotica. La boutique érotique Seul dans sa chambre d’hôtel, près de Denfert-Rochereau, Olivier est perplexe. Il tourne et retourne cette carte de visite au nom du Docteur Erika Karminka, médecin en rééducation post-traumatique. La rencontre avec cette femme l’avait perturbée. Allongé…

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

gaziantep escort gaziantep escort porno izle bursa escort görükle escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort beylikdüzü escort